Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

ADAGIO

Informations clés

Opérateur chef de file

Institut Polytechnique UniLaSalle
Rue Pierre Waguet
BP 30313 19
60026 Beauvais
FRANCE

Personne de contact :

Nicolas BARBEZIER

Date de début

01-01-2020

Date de fin

31-12-2022

Eléments budgétaires

Budget Total
943 735,49 €





ADAGIO

Proposition de solutions nutritionnelles innovantes (butyrate de calcium + ellagitannins + fibre) pour améliorer la santé et le confort digestif chez les monogastriques de rente.

axe1

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Accroissement de la recherche et de l'innovation de la zone transfrontalière dans les secteurs stratégiques et les secteurs à forte complémentarité

Domaine d'intervention

Transfert de technologies et coopération entre universités et entreprises, principalement au profit des PME


L’ensemble du bassin Haut de France-Wallonie-Flandre est une région riche en activités agricole et agroalimentaire. Cependant, ces dernières années, le développement et la pérennité de la filière viande sont mis à mal. L'une des mesures les plus contraignantes provient de l’interdiction de l’usage d’antibiotiques/facteurs de croissance dans les élevages. De plus, les consommateurs recherchent en priorité des produits de qualité (organoleptique et nutritionnelle mais aussi indemne de résidus quelconques) sans toutefois toujours pouvoir accepter une hausse conséquente du coût de ces aliments. Pour essayer de répondre à cette double contrainte, le projet ADAGIO propose de créer et de mettre en évidence l’impact d’une solution nutritionnelle permettant de favoriser la mise en place de mécanismes intestinaux conduisant à une bonne santé digestive chez l’animal de rente. Le premier objectif est la mise à disposition de cette solution pour l’alimentation animale mais aussi d’étudier la possibilité que cette solution puisse être la base de compléments alimentaires à destination humaine, le bassin France-Wallonie Flandre étant également une des régions où la prévalence des pathologies digestives figure parmi les plus élevées d’Europe. 

Date de rapport 08-04-2021

Le deuxième semestre du projet, de juillet à décembre 2020 a permis d’initier la partie expérimentale du projet qui avait fortement souffert de la fermeture des laboratoires au cours du semestre précédent. Cette avancée s’est faite notamment grâce au recrutement de Charline Richard doctorante du projet qui a commencé sa thèse au sein d’UniLaSalle le 1er juillet 2020. A ce stade les différents acteurs du projet et notamment l’entreprise Sanluc et AlgoFit ont établi la formulation de la solution nutritionnelle en lien avec les propriétés connues dans la littérature scientifique de chaque constituant de cette solution. Les analyses physico-chimiques ont ainsi pu débuter à UniLaSalle pour vérifier les propriétés de chaque constituant de la solution seul et en mélange. Ces analyses permettront de valider la composition précise de la solution nutritionnelle. L’étape suivante qui consiste à évaluer sur des cellules en culture les propriétés bénéfiques de la solution nutritionnelle a également pu démarrer au cours de ce semestre. Un travail bibliographique a d’abord été établi pour déterminer les paramètres expérimentaux précis permettant cette évaluation in vitro. Puis ces paramètres ont commencé a être testés dans les laboratoires d’UniLaSalle. Les résultats obtenus permettront de préparer l’étape suivante qui consiste à évaluer les propriétés bénéfiques sur animaux de la solution. Chacune de ces étapes du projet se fait en lien et après discussion entre les différents opérateurs. La finalisation de chaque étape donnera lieu à une communication grand public et auprès des professionnels des filières concernées.