Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

ADAGIO

Informations clés

Opérateur chef de file

Institut Polytechnique UniLaSalle
Rue Pierre Waguet
BP 30313 19
60026 Beauvais
FRANCE

Personne de contact :

Nicolas BARBEZIER

Date de début

01-01-2020

Date de fin

31-12-2022

Eléments budgétaires

Budget Total
943 735,49 €





ADAGIO

Proposition de solutions nutritionnelles innovantes (butyrate de calcium + ellagitannins + fibre) pour améliorer la santé et le confort digestif chez les monogastriques de rente.

axe1

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Accroissement de la recherche et de l'innovation de la zone transfrontalière dans les secteurs stratégiques et les secteurs à forte complémentarité

Domaine d'intervention

Transfert de technologies et coopération entre universités et entreprises, principalement au profit des PME


L’ensemble du bassin Haut de France-Wallonie-Flandre est une région riche en activités agricole et agroalimentaire. Cependant, ces dernières années, le développement et la pérennité de la filière viande sont mis à mal. L'une des mesures les plus contraignantes provient de l’interdiction de l’usage d’antibiotiques/facteurs de croissance dans les élevages. De plus, les consommateurs recherchent en priorité des produits de qualité (organoleptique et nutritionnelle mais aussi indemne de résidus quelconques) sans toutefois toujours pouvoir accepter une hausse conséquente du coût de ces aliments. Pour essayer de répondre à cette double contrainte, le projet ADAGIO propose de créer et de mettre en évidence l’impact d’une solution nutritionnelle permettant de favoriser la mise en place de mécanismes intestinaux conduisant à une bonne santé digestive chez l’animal de rente. Le premier objectif est la mise à disposition de cette solution pour l’alimentation animale mais aussi d’étudier la possibilité que cette solution puisse être la base de compléments alimentaires à destination humaine, le bassin France-Wallonie Flandre étant également une des régions où la prévalence des pathologies digestives figure parmi les plus élevées d’Europe. 

Date de rapport 27-11-2020

Le projet ADAGIO regroupe plusieurs partenaires académiques et privés et vise à démontrer les propriétés sur la santé digestive animale et humaine d’une solution nutritionnelle composée de plusieurs ingrédients fonctionnels. A terme cette solution pourrait être utilisée par les éleveurs pour favoriser la croissance des animaux sans l’utilisation de produits reconnus néfastes pour les consommateurs finaux ou l’environnement au sens large. Pour ce faire, le projet regroupe différents partenaires aux compétences complémentaires, UniLaSalle côté français coordonne le projet et apporte ses connaissances en santé digestive. Sanluc coté Flandres fournit les produits qui constitueront la base de la solution et apporte avec l’entreprise française ALgoFit sa connaissance des ingrédients et de leurs propriétés. L’Université de Gand offrira la possibilité d’évaluer l’impact bénéfique de ces solutions sur des animaux de rente représentatifs. Enfin, l’entreprise Genoscreen basée en France amènera sa capacité à détecter des modifications du microbiote intestinal et ainsi mieux comprendre les conséquences de la consommation de la solution nutritionnelle. C’est donc grâce à un partenariat de part et d’autres de la frontière et grâce à la complémentarité des compétences que ce projet pourra être mené et permettre des retombées pour notamment le milieu agricole, mais aussi dans la perspective d’utiliser cette solution comme un complément alimentaire pour les populations souffrant de troubles digestifs qui sont surreprésentées dans le territoire de mise en œuvre du projet à savoir les Hauts de France et la Flandre. Le premier semestre du projet, marqué par la COVID-19 a tout de même permis aux différents partenaires de se coordonner et de lancer la préparation des différentes évaluations scientifiques prévues dans le projet. Cette phase de coordination était nécessaire et a été rendue plus difficile à organiser dans le contexte. Concrètement plusieurs rencontres, physiques quand cela a pu être possible ou en visio-conférences ont été organisées. Celles –ci ont impliqué, soit l’ensemble des partenaires pour faire le point sur le projet, soit une partie seulement pour préparer au mieux les différentes analyses qui seront réalisées et constitueront la première étape du travail pour la mise au point de la solution nutritionnelle. En parallèle, le doctorant envisagé pour travailler sur le projet a pu être recruté par UniLaSalle et a commencé son travail le 1er juillet 2020. Ce recrutement permettra de mener à bien un certains nombres d’analyses impliquant tous les partenaires et montre que ce projet participe également à la formation sur notre territoire. Pour faire connaitre le projet au grand public plusieurs actions de communication et plusieurs supports ont pu être crées. L’organisation du comité de lancement du projet a été l’objet d’une communication sur les réseaux sociaux (twitter, LinkedIn, Facebook…) et une vidéo de vulgarisation expliquant les objectifs du projet, ses acteurs et son mode de financement a également été mise en ligne sur ces mêmes réseaux. De plus, la participation et la préparation de différents événements (salons professionnels, événement de lancement) auxquels participeront des membres du consortium et qui permettra de mettre en avant le projet a été envisagée. Les échanges ont permis de définir la liste des analyses microbiologiques, physico-chimiques et sensorielles qui permettront de définir et de vérifier les propriétés de la solution nutritionnelle ce qui est un préalable obligatoire à son utilisation et à son administration aux animaux. Ces analyses pourront donc débuter très bientôt.