Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

ALARM FWV

Informations clés

Opérateur chef de file

SDIS 59
Rue de Pas 18
59028 LILLE
FRANCE

Personne de contact :

Gilles GREGOIRE

Date de début

01-10-2016

Date de fin

30-09-2021

Eléments budgétaires

Budget Total
2 592 458,79 €

Site Web

http://www.interreg-alarm.eu/





ALARM FWV

Amélioration des secours transfrontaliers d’urgence et coordination des exercices Gestion opérationnelle des risques transfrontaliers FRANCE WALLONIE VLAANDEREN

axe3

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Anticiper et gérer les risques naturels, technologiques et industriels ainsi que les situations d'urgence

Domaine d'intervention

Prévention des risques et gestion des risques naturels non climatiques (par exemple les tremblements de terre) et des risques liés aux activités humaines (par exemple les accidents technologiques), y compris les campagnes de sensibilisation, les syst


Les conséquences d’une catastrophe naturelle ou d’un accident technologique ou industriel ne s’arrêtent pas aux frontières d’un pays. Un bassin de vie et de risques communs ne doit pas connaître d’obstacle à la réalisation des missions des services de secours en situation d’urgence. Avec 620 km de frontière commune, la France et la Belgique sont particulièrement concernées. La zone frontalière est marquée par une forte concentration d’industries, la présence de deux centrales nucléaires (Gravelines et Chooz), la similitude des risques naturels (inondations, glissements de terrain, cavités souterraines), la présence de grands axes de communication, une urbanisation transfrontalière importante et une forte densité de population (324 habitants au km2). Face à ces risques partagés, le projet ALARM vise à développer une coopération transfrontalière opérationnelle entre les acteurs de la sécurité civile de part et d’autre de la frontière franco-belge, aux différents niveaux (analyse des risques, planification, gestion de crise). Le premier objectif du projet est de mettre en place une gestion intégrée d'un large éventail de risques (naturels, technologiques et humains) de part et d’autre de la frontière. Une plate-forme d’échange d’informations commune et une cartographie des risques transfrontaliers permettent de développer une coopération opérationnelle « au quotidien » entre les sapeurs-pompiers français et belges.

Date de rapport 23-11-2020

Le projet ALARM a débuté le 1er octobre 2016. Cette initiative tripartite «France - Wallonie - Flandre» vise à développer une coopération transfrontalière opérationnelle entre les acteurs de la sécurité civile de part et d'autre de la frontière franco-belge. Les conséquences d’une catastrophe naturelle ou d’un accident technologique ou industriel ne s’arrêtent pas aux frontières d’un pays. Un bassin de vie et de risques communs ne doit pas connaître d’obstacle à la réalisation des missions des services de secours en situation d’urgence Avec 620 km de frontière commune, la France et la Belgique sont particulièrement concernées. La zone frontalière est marquée par une forte concentration d’industries, la présence de 2 centrales nucléaires (Gravelines et Chooz), la similitude des risques naturels (inondations, glissements de terrain, cavités souterraines), la présence de grands axes de communication, une urbanisation transfrontalière importante et une forte densité de population (324 habitants au km2) Pour répondre à ces enjeux, le projet Interreg « ALARM » réunit 26 partenaires français, wallons et flamands autour d’une triple ambition : · partager l’analyse des risques existants, · apprendre à collaborer au quotidien pour mieux réagir en situation d'urgence, · promouvoir une culture citoyenne de la sécurité civile. Une des premières missions était la réalisation du séminaire de lancement. Celui-ci s’est déroulé avec succès le 31 janvier 2017. Des réunions avec le Centre Informatique du Hainaut (CIH) ont rapidement été fixées afin d’œuvrer à la création du site web et d’un module de suivi du projet qui ont été mis en ligne au cours du 2e semestre Concernant la gestion intégrée des risques, l’ISSeP avait lancé un travail de recensement de données sur l’implantation des casernes sur chaque zone, des ressources et moyens affectés à chaque caserne. Une application de partage de données GéoALARM avait été créée et mise en ligne par le SDIS du Nord. La coopération opérationnelle s’est précisée grâce aux rencontres des partenaires opérationnels (mise en place de réunions d’information et de groupes de travail, projet de convention). Enfin, un groupe de travail franco-belge destiné à définir les principes de mise en place d’une gouvernance transfrontalière en matière de sécurité civile s’étaient réuni et des travaux de préparation du séminaire à l’attention des maires et bourgmestres frontaliers avait été initiés. Le 4e semestre a essentiellement été consacré aux préparatifs du séminaire des maires et bourgmestres dans le cadre du module de travail 5. Les opérateurs MEL, FESU, SDIS 59, EMIZ Nord et services des gouverneurs de Hainaut et de Flandres Occidentale soutenus par certains partenaires associés (Directions des sécurités, services du gouverneur de Namur notamment) ont consacré beaucoup de temps à la finalisation des supports pour ce séminaire et aux derniers impératifs à régler avant la date du 17 mai 2018. Plusieurs études d'uniformisation et de convergence de données françaises et belges avaient été menées par les partenaires techniques dans le cadre du module 3. Concernant le module 4, un groupe de travail constitué d’officiers des zones de secours et SDIS opérateurs ont œuvré à la rédaction de supports visant à améliorer la coopération opérationnelle (fiches de procédures d’engagement), la mise en place de RETEX systématiques lors des interventions transfrontalières avait été initiée et enfin des contacts avaient été pris et des démarches engagées concernant les formations communes (outils de Gestion Opérationnels et Commandement). Pour terminer, une étude très complète sur la 1ère réponse opérationnelle Franco-belge sapeur-pompiers en matière de risques NRBCe/CBRN (Nucléaires, Chimiques, Biologiques, Chimiques et explosifs) a été effectuée. Au cours du semestre 5, les travaux ont principalement été axés sur : - la mise en place d’ateliers transfrontaliers concernant les PCS/PGUI (module 5), - la mise en place et la réalisation d’une journée d’exercice sur le site de RPA Hainaut sécurité (module 4) - Le rapprochement entre la sécurité civile et la santé dans le domaine transfrontalier (Module 4) - Le développement de l’outil SIG (Module 3) Les événements importants du semestre 6 ont été : la signature de l’arrangement administratif binational et le lancement du processus de conventionnement local, le projet de déclinaison des séminaires et ateliers de sensibilisation des élus aux risques (axe3) dans la partie « SUD » du projet (Namur, Luxembourg Ardennes et Aisne) ainsi que le lancement des travaux sur les ateliers Flandre/Nord, Hainaut/Nord par le module 5 avec la pleine implication des services des gouverneurs du Hainaut et de Flandre Occidentale. Enfin, le test de la plateforme proposé par l’ISSeP a également permis de mettre en évidence les objectifs à atteindre pour le semestre 7.