Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

COPROSEPAT

Informations clés

Opérateur chef de file

OEST (OBSERVATOIRE EUROPÉEN DE LA SANTE TRANSFRONTALIÈRE)
RUE DE LA MOSELLE 1
6700 ARLON
BELGIQUE

Personne de contact :

Henri LEWALLE

Date de début

01-04-2019

Date de fin

31-12-2022

Eléments budgétaires

Budget Total
1 426 073,55 €





COPROSEPAT

COOPÉRATION TRANSFRONTALIÈRE EN PROMOTION A LA SANTE ET EDUCATION DU PATIENT EN MILIEU RURAL

axe4

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Renforcer et pérenniser la mise en réseau et l'offre de services transfrontaliers à la population en matière sanitaire

Domaine d'intervention

Amélioration de l’accès à des services abordables, durables et de qualité, y compris les soins de santé et les services sociaux d’intérêt général


Si la coopération transfrontalière franco-belge en matière de santé a, dans le cadre de l’UE, réalisé des avancées marquantes dans le domaine de l’accès aux soins de qualité de proximité, certains domaines restent inexplorés. Le projet COPROSEPAT se concentre sur la prévention et l’éducation thérapeutique du patient (ETP) tout en soutenant une dynamique de coopération sanitaire. Il vise en outre à apporter des réponses au développement des maladies chroniques et, donc, de déployer des actions de prévention et d’ETP à l’égard des maladies cardio-vasculaires, du diabète etc, en s’appuyant sur les coopérations transfrontalières sanitaires. Sur base de cette logique d’action, le partenariat du projet propose  de réaliser un diagnostic santé partagé du territoire frontalier; harmoniser les pratiques en ETP en coopération avec les professionnels de santé ; mettre en place des actions ETP pour renforcer le pouvoir du patient malade chronique sur sa santé ; renforcer l’accès aux soins et à l’ETP des personnes les plus fragilisées ; approfondir la complémentarité entre les deux versants frontaliers sur le plan sanitaire et médico-social pour intégrer ce nouveau champ d’action. 

Date de rapport 03-02-2021

Depuis le démarrage du projet, les opérateurs ont entrepris de développer les différents axes du projet repris ci-dessous. -La communication constitue un volet important du projet. Depuis le début du projet, une newsletter « Flash Santétransfronfrontalière » est éditée semestriellement. L'affiche A3 présentant le projet a été validée. Les réseaux sociaux sont utilisés pour diffuser des informations sur le projet. Un site internet est dédié au projet : https://coprosepat.eu . Une conférence de presse sera organisée annuellement. La première s'est déroulée le 27 janvier 2020 au siège du GEIE OEST à Arlon. Elle a permis de sensibiliser un très grand nombre d'organes de presse (écrite et audiovisuelle) aux enjeux de la prise en charge des maladies chroniques et à l'intérêt de développer des parcours d'éducation thérapeutique du patient. -Pour dresser un portrait de santé du territoire transfrontalier rural franco-belge, un groupe de travail a été constitué sous la houlette de l'ORS GE. Une méthode de travail et un planning de réalisation ont été définis pour réaliser le portrait de territoire. Il devrait être achevé pour la fin de l'année 2020. A ce stade des travaux, les indicateurs de santé transfrontaliers des populations concernées ainsi que de l'offre de soins et des services de santé ont été définis. La récolte des données et leur analyse ont été réalisées au cours du troisième semestre. La finalisation du portrait de territoire interviendra au cours du quatrième semestre. La conférence de presse 2021 sera pour une grande part consacrée à la présentation des travaux de ce module et aux résultats atteints. -Un premier travail de définition de l'ETP en France et en Belgique a été réalisé au cours du troisième semestre. Il fera l'objet d'une publication dans la prochaine newsletter. Cette analyse comparée de l'ETP met en évidence des modes et des procédures d'agrément et de financement des projets très différents alors que les pratiques semblent proches de part et d'autre de la frontière. Un inventaire exhaustif des projets d'ETP sur l'ensemble du territoire transfrontalier couvert par le projet a été dressé. Cet outil sera particulièrement utile à tous les prometteurs de projets d'ETP ainsi qu'à ceux qui souhaitent s'enrichir des pratiques de l'autre versant frontalier. Pour mesurer la perception des patients et des professionnels de santé relative à l'ETP, un questionnaire a été élaboré et divers entretiens tests ont été réalisés. Les objectifs de ce module devraient être atteints au cours du quatrième semestre. -L'élaboration d'actions d'éducation thérapeutique du patient "ETP" en matière d’insuffisance cardiaque a débuté sous l’impulsion du Dr Laurence Gabriel du CHU UCL Namur. Dans la continuité des initiatives de coopération transfrontalière qui ont été développées sur le territoire de la Pointe Nord des Ardennes dans le cadre du projet Interreg IV Icapros et du micro-projet Interreg V Mosan, une recherche de partenariat avec les professionnels de santé de ce territoire frontalier, défini comme désert médical, a été entamée pour lancer une première action de coopération transfrontalière dans le domaine de l'insuffisance cardiaque, première cause de mortalité. Le Dr Laurence Gabriel a rencontré les professionnels de santé du Pôle médical de la Pointe à Givet lors d'un symposium médical organisé dans le cadre du micro-projet Mosan le 20 juin 2019. De cette initiative, des échanges et des rencontres ont été initiés en vue d'entamer un projet d'action d'éducation thérapeutique dans le domaine de l'insuffisance cardiaque dans cet espace transfrontalier. Le Dr Gabriel et sa collègue ont rencontré le 14/11/2019 les professionnels de santé de la Pointe Nord des Ardennes pour leur proposer un programme d'action à l'ETP en insuffisance cardiaque. L'objectif de la démarche consiste à offrir aux patients atteints de cette grave affection chronique toutes les informations et outils nécessaires à la compréhension de leur état de santé et de leur situation de vie spécifique pour être en mesure de gérer au mieux et efficacement leur affection chronique. Les professionnels de santé de la Pointe nord des Ardennes ont montré un vif intérêt pour la démarche proposée. Le Dr Gabriel et sa collègue ont par la suite élaboré un programme de formation décliné en trois modules. Le premier module a été dispensé début février 2020 mais suite au confinement lié à la première vague épidémique, le deuxième planifié début mars a dû être reporté. Il s'est déroulé le 8 octobre 2020 Par ailleurs, les opérateurs du projet COPROSEPAT se sont déplacés au CH de Mouscron pour rencontrer les acteurs du projet de "Centre de santé ambulatoire" qui a été initié en juin 2019. Celui-ci a pour vocation de développer des actions d'éducation thérapeutique à l'adresse des patients frontaliers atteints de pathologies chroniques (diabète, cancer, maladies cardio-vasculaires...) et d'assurer un suivi de leur situation sanitaire. Cette initiative a permis aux opérateurs du projet COPROSEPAT d'ouvrir une réflexion sur ce dispositif (seule initiative de ce type lancée en Wallonie, à ce jour) et de bénéficier des enseignements qu'il apporte. -Un groupe de travail piloté par l'Observatoire de la Santé de la Province du Luxembourg se consacre aux patients atteints d'affections chroniques ayant des difficultés socio-économiques ainsi que d'accès aux soins et aux services de santé. Pour développer cette action, des rencontres entre les opérateurs ont eu lieu régulièrement depuis le début de l'année 2020. Un inventaire des outils disponibles a été élaboré après un screening de la littérature. Des contacts ont été pris avec divers organismes développant des projets d'éducation thérapeutique des patients et une rencontre a été organisée avec le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté pour envisager des collaborations en vue de mettre sur pied une communication adaptée aux caractéristiques de la population cible de ce module. -Le micro-projet MOSAN a été intégré dans le projet COPROSEPAT à partir du 1/1/2020. De la sorte, les objectifs de lutte contre la désertification médicale de la Pointe Nord des Ardennes pourront être poursuivis ainsi que ceux de l'amélioration de l'accès aux soins transfrontaliers. Ces objectifs pourront être d'autant plus concrétisables que des actions de prévention et d'éducation thérapeutique du patient pourront être développées pour dynamiser le Pôle médical de Givet. Les opérateurs du projet MOSAN également opérateurs du projet COPROSEPAT se sont engagés dans cette voie malgré les difficultés rencontrées pendant la période de confinement où l'on a assisté à la fermeture de la frontière et à la suppression des consultations de médecine spécialisée à Givet entre la mi-mars 2020 et la fin juin 2020.