Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

Evènement annuel 2019 : « La digitalisation dans nos projets »

Mardi, 26 novembre, 2019

Ce ne sont pas moins de 230 participants qui ont assisté à l’évènement annuel du programme Interreg France-Wallonie-Vlaanderen le mardi 19 novembre 2019 à Courtrai.  

Cette année, le thème de l’évènement reposait sur un concept en vogue : la digitalisation. En effet, la transformation numérique est devenue une réalité incontournable, et ce, même dans les projets de coopération transfrontalière.

La journée était rythmée par le modérateur et journaliste Alain Gerlache. Un logiciel permettait d’interagir en permanence avec les spectateurs et les intervenants. En effet, les participants étaient invités, durant toute la journée, à poser leurs questions via cet outil ainsi qu’à répondre à des sondages dont les résultats apparaissaient instantanément à l’écran. De quoi permettre une interaction en temps réel avec la salle !

La journée, qui s’est déroulée en deux parties, a débuté avec les mots de bienvenue de Mark Andries, Administrateur Général de l’Agentschap voor Innoveren en Ondernemen et Christian Carette, Inspecteur Général à Wallonie-Bruxelles International, Autorité de Gestion du programme Interreg France-Wallonie-Vlaanderen. Mr. Carette a par ailleurs rappelé l’importance des programmes Interreg, en œuvre depuis 1990, qui sont des outils qui non seulement ont accompagné la construction européenne mais qui en sont également les moteurs.

Ensuite s’en sont suivies les interventions de deux experts du digital. Bruno Schröder, National Technology Officer chez Microsoft Belux, a présenté de manière concrète, à l’aide de multiples exemples, l’intelligence artificielle et a insisté sur l’importance de l’utilisation des technologies digitales pour susciter l’innovation des entreprises. Grâce aux outils digitaux, il est par exemple possible de prédire certaines maladies ou dépressions ou encore de fabriquer des prothèses mammaires en impression 3D pour les patientes ayant subi une mastectomie. L’intervention inspirante de Mr. Schröder a engendré de multiples questions de la part de la salle, avide d’en savoir plus sur le sujet !

« La digitalisation permet de résoudre des problèmes sans les comprendre, simplement en les mesurant et en les analysant, en trouvant des corrélations entre des comportements équivalents ! »

B. Schröder – National Technology officer chez Microsoft

Le deuxième intervenant, le Dr. Max Lemke, chef d’unité à la DG Connect de la Commission Européenne, a tout d’abord remis la digitalisation en contexte au niveau européen et a rappelé toute l’importance et la pertinence de la coopération transfrontalière et des programmes Interreg. Il a également présenté les différentes initiatives de la Commission européenne visant à favoriser la digitalisation en Europe.

« You cannot ignore technology, you have to master it and stay competitive by innovating. Collaboration is the only way forward! »

Dr. Max Lemke – DG Connect – Commission européenne

Après une pause lunch durant laquelle les participants et les experts ont eu l’occasion de se rencontrer et d’échanger, ce sont les opérateurs qui ont été mis à l’honneur. De nombreux projets cofinancés dans le cadre du programme Interreg France-Wallonie-Vlaanderen ont ainsi été présentés durant l’après-midi. D’une part, deux panels d’opérateurs ont porté sur les opportunités de développement que la digitalisation leur apporte dans la mise en œuvre de leur projet. D’autre part, des projets ont été mis sous les feux des projecteurs sous forme de vidéos. L’ensemble de ces projets étaient regroupés en quatre thèmes :

  • La transformation digitale ;
  • L’e-santé ;
  • La cartographie digitale ;
  • La numérisation dans l’industrie alimentaire.

La première session a permis de présenter les projets PEPS, Dig-e-Lab, Factory 4.0 et CUBISM dans quatre courtes vidéos et plus particulièrement l’utilisation qu’ils font des outils digitaux tels que :

  • l’impression 3D (PEPS) ;
  • le développement de capteurs qui analysent l’humidité et la pression au sein des bétons (CUBISM) ;
  • l’e-formation des adultes (Dig-e-Lab) ;
  • le soutien des PME visant une transition vers l’industrie 4.0 (Factory 4.0).

La deuxième session relative à l’« e-santé »  a donné lieu à un riche débat entre les projets MA(T)ISSE, HIS2R et PATHACOV. En guise d’introduction au débat, une question a été posée au public : « quelles possibilités offertes par l’e-santé pourraient vous être utiles ? ». La majorité a répondu un partage des données avec les prestataires de soins de santé. L’ensemble des panelistes s’est accordé pour affirmer que la numérisation représente un enjeu majeur et offre des opportunités uniques dans les projets qui traitent de la santé et qu’il est nécessaire d’embrasser ces évolutions pour ce secteur.

Le projet HIS2R a par ailleurs tenté de lever les doutes sur une éventuelle menace que la numérisation pourrait représenter pour le secteur de la santé « La dimension de confiance est fondamentale. On ne peut agir qu’au travers de structures et de professionnels de proximité. On ne pourra jamais remplacer ce facteur humain de confiance ».

Les participants, visiblement très intéressés par la thématique, ont massivement interagi via Slido pour poser leurs questions.

Après une courte pause, la troisième session touchant à la « cartographie en ligne » a pu débuter et a permis de mettre en avant, dans une vidéo, les projets NEW-C-LAND, RE C², MDTex, ECOSYSTEM et ALARM FWV. Tous ces projets ont en effet fait appel aux outils cartographiques digitaux afin de permettre par exemple :

  • aux personnels d’intervention transfrontaliers de mieux appréhender les risques et les ressources disponibles pour une intervention (ALARM) ;
  • de recenser sur le terrain les espèces invasives, flore et faune (ECOSYSTEM)
  • de déterminer les sites marginaux tels les sites pollués (NEW-C-LAND) ;
  • d’identifier les entreprises dans les domaines médical, du textile et les centres de recherche (MDTex) ;
  • de faciliter la recherche de solutions de valorisation de déchets pour les entreprises qui n’ont pas accès facilement à ces informations (RE C2).

Regardez la vidéo présentant ces cinq projets ici !

Enfin, la quatrième session s’est terminée par un débat sur « la numérisation dans l’industrie alimentaire » avec la participation des projets TERAFOOD, SMART AQUAPONICS, Codesign-Aliment, GEPOS et VEG-i-TEC.  Lors de ce débat, les opérateurs ont insisté sur l’importance du partenariat transfrontalier, de la mise en commun des ressources et des compétences pour optimiser les résultats. Sans cette collaboration, les projets sont voués à l’échec.

« Cette région transfrontalière est caractérisée par une très haute densité de population. Les systèmes plus locaux, qui produisent là où est le consommateur, permettront de réduire considérablement l’impact au niveau du CO2. Par rapport aux complémentarités des disciplines, nous avons été chercher des spécialistes très pointus, que ce soit en Flandre, dans le Nord de la France et en Wallonie, pour assurer le succès du projet »

Pr. Haïssam JIJAKLI - Université de Liège (projet SMART AQUAPONICS)

Pour terminer cette journée inspirante et enrichissante, Jean de Béthune, Député de la Province de Flandre occidentale, a adressé quelques mots aux participants pour clôturer l’événement.

Intéressant, Instructif, Digital, Interactif,… Voici les mots-clés les plus représentatifs de cet événement selon les 230 personnes présentes !

Vous aurez bientôt la possibilité de visionner l’aftermovie de l’évènement. En attendant, vous pouvez d’ores et déjà retrouver l’ensemble des présentations et des vidéos sur le site internet du programme.

Vous pouvez également consulter toutes les photos ici.

A l’année prochaine !

 

© Photos : Jérôme Van Belle - Wallonie-Bruxelles International