Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

MAT(T)ISSE

Informations clés

Opérateur chef de file

CHRU Lille - Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille
rue du Professeur Laguesse 6
59037 Lille
FRANCE

Personne de contact :

François SIHRENER

Date de début

01-01-2018

Date de fin

30-06-2022

Eléments budgétaires

Budget Total
2 995 501,50 €

Réseaux sociaux



Site Web

https://mattisse-project.eu/





MAT(T)ISSE

Matrices 3D pour la reconstruction tissulaire. Application à la reconstruction mammaire.

axe1

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Accroissement de la recherche et de l'innovation de la zone transfrontalière dans les secteurs stratégiques et les secteurs à forte complémentarité

Domaine d'intervention

Activités de recherche et d’innovation dans les centres de recherche publics et les centres de compétence, y compris la mise en réseau


Le traitement chirurgical de pathologies graves comme les cancers du sein aboutit parfois à des pertes de tissus, notamment après une ablation (masectomie) qui est pratiquée dans presque 73% des cas. L'Europe fait partie des régions du monde les plus touchées par le cancer du sein et spécialement sur la zone transfrontalière franco-belge. 
Le projet MATTISSE propose une nouvelle bioprothèse qui a pour but d’aider l’organisme à restaurer des régions lésées suite à des interventions chirurgicales. 
A terme, les patientes ayant bénéficié de ce traitement ont une prothèse naturelle constituée de leurs propres cellules adipeuses, biodégradable et qui ne nécessite pas de deuxième intervention. 
Pour relever ce défi, MaT(T)ISSE construit une coopération transfrontalière de qualité avec des partenaires complémentaires dans leur domaine de compétence : développement de nouveaux biomatériaux résorbables et biocompatibles, transformation de ces matériaux en fils, dentelles ou encore objets implantables 3D personnalisés. Leur intérêt biologique et médical est enfin validé au travers de protocoles d’implantations. 

 

Date de rapport 05-11-2021

Pour parvenir à mettre en œuvre une solution innovante, originale et utile de reconstruction mammaire, à l’aide d’une prothèse biorésorbable, le CHU de Lille a sollicité des experts internationaux, présents dans le Nord de la France et en Belgique. Des chercheurs en matériaux (Materia Nova, Mons), en simulation et modélisation (SIRRIS, Gosselies) et en textile (ENSAIT, Roubaix), travaillent avec des chercheurs de l'Université de Mons et des médecins spécialisés en biologie et chirurgie plastique du CHU de Lille pour concevoir et développer les prothèses de demain. La dissémination des résultats a été confiée à Euramaterials (ex-Up-TEX, Roubaix), pôle de compétitivité spécialisé sur la transformation des matériaux et notamment le textile, ainsi qu'Eurasanté (Loos), agence de développement économique spécialisée en santé. Les 3 premières années du projet ont permis de parvenir à plusieurs avancées scientifiques : - L'orientation vers 2 polymères spécifiques en raison de leurs propriétés. L'un offre des propriétés de résistance mécanique intéressantes, l'autre permet une forte déformation sans rupture. De premiers mélanges et mise en oeuvre de ces 2 polymères offrent des résultats intéressants et permettront d'aboutir, au semestre 4, à de nouveaux échantillons plus performants encore. - Une maîtrise des méthodes de mise en œuvre par filage, tricotage et impression 3D de ces nouveaux matériaux et des gammes de mélanges. - Des tests de dégradation in vitro, conduits sur les échantillons préparés par l’ENSAIT et le SIRRIS, avec le soutien de Materia Nova, dont les résultats sont encourageants. Les paramètres doivent encore faire l'objet d'un ajustement pour parvenir au temps et à la qualité de résorption souhaités. - Les tests de biocompatibilité (comportement des cellules en présence des biomatériaux réalisés avec les polymères sélectionnés) montrent eux aussi des résultats encourageants. De bons résultats de différenciation, prolifération et survie cellulaire sont observés. - Un affinage progressif du cahier des charges des deux dispositifs qui seront nécessaires à la pose de la prothèse : le socle textile qui permettra de placer les tissus et cellules permettant la régénération cellulaire, et la coque imprimée en 3D qui servira de guide à la reconstruction tout autant que de bouclier en cas de choc. L'objectif étant qu'à terme et une fois la reconstruction du site mammaire suffisamment avancée, les 2 dispositifs se résorbent. - De premiers prototypes ont été imprimés en 3D. De nouveaux tests d’impression 3D doivent être conduits avec les mélanges de polymères sélectionnés pour préparer les études pré-cliniques qui nous permettront d’évaluer le comportement des matériaux et leur impact sur le comportement des cellules in vivo. Les formulations d’intérêt étant désormais arrêtées, la troisième année du projet est désormais celle du passage des travaux de biocompatibilité in vitro à ceux qui seront réalisés in vivo. La fin d’année 2020 et le début de l’année 2021 ont été largement consacrés à la consolidation des données de biocompatibilité in vitro en vue de l’organisation d’études chez l’animal. Les objectifs des études chez l’animal sont les suivants : - s’assurer de la tolérance biologique des matériaux utilisés (tricots et coques imprimés en 3D), - s’assurer de la compatibilité des matériaux avec les cellules adipeuses, confirmer les résultats in vitro obtenus - confirmer la faisabilité d’un déploiement des prototypes dans la mise en oeuvre chirurgicale, - confirmer la résistance mécanique des prototypes au cours de l’implantation. Malgré l’actualité sanitaire et les restrictions de déplacement, le projet Mat(t)isse avance et continue à proposer des évènements spécialisés ou destinés au grand-public. Un évènement à destination des patientes « Matisse rencontre Mat(t)isse : se reconstruire après une mastectomie », organisé le 8 mars 2020 au musée Matisse du Cateau-Cambrésis, a connu un vif succès. Une deuxième édition des journées technologiques biomédicales sur la thématique des implants au lieu le 1er octobre 2020, en webinaire. Un atelier « towards 4D printing » a été organisé, le 10 décembre 2020 au sein de la convention d’affaires internationale MedFIT 2020. Enfin, un évènement de présentation des résultats du projet, organisé le 15 juin 2021, à destination d’un public notamment composé d’industriels, a permis de mettre en lumière les belles réussites du projet et la possibilité de ré-exploiter les résultats pour des applications de régénération tissulaire, y compris en dehors de la reconstruction mammaire. Nos évènements sont généralement annoncés sur le site web du projet : https://mattisse-project.eu/ ou encore sur les réseaux sociaux : - Twitter : interreg_mattisse @Mattisse_EU - LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/interreg-mattisse/ N’hésitez pas à nous suivre sur ces réseaux ! Pour toute information, contact : francois.sihrener@chu-lille.fr