Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

SAFESIDE

Informations clés

Opérateur chef de file

MULTITEL
Rue Pierre et Marie Curie 2
7000 Mons
BELGIQUE

Personne de contact :

YVES HERNANDEZ

Date de début

01-01-2017

Date de fin

31-12-2021

Eléments budgétaires

Budget Total
1 765 378,70 €

Site Web

http://www.safeside-project.eu/?page_id=101&lang=fr





SAFESIDE

Système d’Analyse de Feux et Emanations par Spectroscopie Infrarouge à Distance et Embarquée

axe3

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Anticiper et gérer les risques naturels, technologiques et industriels ainsi que les situations d'urgence

Domaine d'intervention

Prévention des risques et gestion des risques naturels non climatiques (par exemple les tremblements de terre) et des risques liés aux activités humaines (par exemple les accidents technologiques), y compris les campagnes de sensibilisation, les syst


Lors d’un accident sur un site contenant des substances chimiques potentiellement toxiques, les conditions d’intervention ne sont pas simples pour les équipes de terrain. Il n’est pas possible d’intervenir en connaissance de tous les dangers présents, et, par conséquent, d’établir un plan d’intervention adéquat aussi bien pout le personnel intervenant que pour la population locale. Pour cela, il faut alors des outils permettant de caractériser les substances et également de mesurer les déplacements des masses d’air afin de prévenir les populations locales des risques potentiels de part et d’autre de la frontière. Le projet SAFESIDE a alors pour ambition d’amener des techniques de laboratoire disponibles sur le territoire transfrontalier vers le terrain au travers d’un outil d’aide à l’intervention du personnel spécialisé. Il est souhaité, à l’issu du projet, de disposer de systèmes qui soient transportables et permettent d’analyser du gaz à courte distance sans contact. Les dispositifs finaux seront mis à disposition des différentes équipes étant intervenues sur le projet de chaque côté de la frontière. Une campagne de sensibilisation sera effectuée notamment auprès des sites industriels et des services d’intervention.

Date de rapport 22-07-2021

Le projet SAFESIDE a démarré en janvier 2017. Un site internet dédié à ce projet a été mis en ligne : http://www.safeside-project.eu. Le but du projet SAFESIDE est de développer de nouveaux outils de mesure de gaz afin d’aider à une meilleure prise en charge et évaluation des risques sur le terrain en cas d’incident. Au début du projet, nous avons rencontré certains acteurs de la protection civile afin de mieux comprendre leurs attentes en termes d’outils de mesure spectroscopiques. Nous avons ainsi pu définir une liste de gaz d’intérêt et aussi les conditions dans lesquelles les appareils développés dans le projet SAFESIDE devraient être utilisés. Parmi les gaz identifiés, nous avons retenu en particulier l’Ammoniac, CO, CO2, HCl, HCN, SO2 et NOx. La réalisation d’un système bas coût, portable et capable d’identifier au moins 5 de ces gaz dans des concentrations relativement faibles serait un outil particulièrement utile pour définir les niveaux de dangerosité et périmètres de sécurité. C’est donc l’orientation qui a été donnée au projet. Différentes approches ont été utudiées dans SAFESIDE en combinant les savoir-faire des différents partenaires : - la capacité de réaliser des lasers sur puce semi-conductrices à l’Université de Gand (UGAND), - la maitrise de la fabrication de sources laser à fibre chez MULTITEL, - la disponibilité d’outils de mesure terrain et de développement de cellules multi-passages à l’Université de Dunkerque (ULCO), - la connaissance des méthodes de mesures spectroscopiques et de conception de détecteurs photo-acoustiques à l’Université de Reims (URCA), - la disponibilité des infrastructures de test et bonne connaissance des besoins en matière de prévention des risques à l’Université de Mons (UMONS) Les premiers lasers ont été disponibles en 2018 pour la réalisation de tests en laboratoire. Une source semi-conductrice couplée à une cellule multi-passages a été utilisée pour la détection de molécules de NH3 et CO. (ULCO, UGAND). Un équipement de référence (GC/MS, acquis en partie sur SAFESIDE) a été testé lors d’essais réalisés fin novembre 2018 sur le cône calorimètre de l’université de Mons conjointement à d’autres équipements analytiques de l’Université de Mons et du laboratoire mobile de l’ULCO de Dunkerque. Ces analyses ont servi de campagne préparatoire aux essais qui seront réalisées sur en fin de projet. Elles nous ont révélé une grande quantité de molécules générées et pourraient nous permettre de mieux définir nos cibles de mesures spectrales. En 2019, les premières sources développées par Multitel, émettant dans l’infrarouge moyen, ont été testées à l’URCA avec des cellules multipassages et photo-acoustiques pour la mesure de différents gaz : Acetone, Methane, Acide Chlorydrique. En 2020, les sources laser ont été optimisées d’après les premières expériences en laboratoire et prototypées en vue de leur utilisation sur le terrain. Le développement des sources laser est quasi-terminé (MULTITEL, UGAND). Les autres éléments de mesure comme les cellules multi-passage et photo-acoustiques, sont prêts (ULCO, URCA). Des premières mesures par prélèvement ont pu être réalisées sur des essais de combustion de matériaux (UMONS). Le sispositif GC/MS de l’ULCO a déjà pu être utilisé sur différents sites. Nous en sommes à présent aux étapes de finalisation et de montage des dispositifs en vue de la réalisation des démonstrateurs finaux du projet. Nous avons organisé deux workshops au cours du projet, le premier à l’UGAND orienté sur des thématiques très scientifiques, liées à la spectroscopie des gaz ; un second à l’ULCO, un peu plus généraliste et applicatif dans le cadre de la journée de la qualité de l’air. Au cours de ce workshop nous avons établi un lien entre le laboratoire CCM de l’ULCO et le SDIS59 dans le but de partager les expertises et les moyens de part et d’autre.