Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

ValBran

Informations clés

Opérateur chef de file

Université de Reims Champagne-Ardenne
UMR FARE, Esplanade Roland Garros 2
51686 Reims
FRANCE

Personne de contact :

Caroline REMOND

Date de début

01-01-2017

Date de fin

31-12-2020

Eléments budgétaires

Budget Total
1 745 826,28 €

Site Web

https://www.valbran.eu





ValBran

Valorisation du son de blé en molécules tensio-actives

axe1

Catégorie

Projet

Objectif spécifique du programme

Accroissement de la recherche et de l'innovation de la zone transfrontalière dans les secteurs stratégiques et les secteurs à forte complémentarité

Domaine d'intervention

Soutien aux processus productifs respectueux de l’environnement et à l'utilisation rationnelle des ressources dans les PME


Les régions Champagne-Ardenne, Picardie, Wallonie et Flandres sont des régions au sein desquelles la culture du blé est abondante. Actuellement, les glucides (l’essentiel de la masse du son de blé) sont trop peu exploités pour la production de molécules à haute valeur ajoutée. Le projet ValBran vise alors à développer de nouvelles voies de valorisation du son de blé et à produire des tensio-actifs non ioniques d’origine végétale et des esters de sucres à partir des glucides du son de blé. Plusieurs voies de transformations à l’échelle laboratoire seront mises au point, et les plus prometteuses seront sélectionnées en vue d’un transfert à échelle pilote afin d’obtenir des indications économiques et d’impact environnemental des procédés développés. L’ensemble des compétences du consortium permettra d’accroître la recherche et l’innovation dans le domaine de la valorisation du végétal au niveau des zones transfrontalières. Chaque partenaire apportera ses propres compétences et bénéficiera du savoir et des compétences complémentaires des autres partenaires ce qui permettra au projet d’avoir un fort potentiel d’innovation.

Date de rapport 16-12-2020

Le projet Valbran vise à développer de nouvelles voies de valorisation du son de blé, co-produit agricole issu de meuneries et de bioraffineries. Il s'agit de développer des voies originales et respectueuses de l'environnement pour la production de diverses molécules tensio-actives à partir du son de blé pour des applications à haute valeur ajoutée (cosmétiques, phytosanitaires, ...). Notre approche vise à mettre au point plusieurs voies de transformations à l'échelle laboratoire, à sélectionner la (les) plus prometteuse(s) en vue d'un transfert à échelle pilote afin d'obtenir des indications économiques et d'impact environnemental du (des) procédé(s) développé(s). Ce projet implique l'Université de Reims Champagne-Ardenne, l'Université de Picardie Jules Verne, le pôle IAR, l'Université de Liège, l'association wallonne Valbiom et le pôle Greenwin, le centre de recherche et technologies Vito, l'association Inagro et le pôle Catalisti. Durant le projet, des procédés enzymatiques et chimio-enzymatiques sont étudiés pour produire diverses molécules tensio-actives de type alkyl glycosides et esters de sucres à partir du son de blé. Les voies enzymatiques les plus prometteuses font l'objet d'une optimisation et la robustesse des procédés développés a été démontrée en testant différents lots de son de blé. La caractérisation des propriétés tensio-actives, des propriétés anti-bactériennes et élicitrices des molécules générées durant le projet est menée au fur et à mesure du projet afin de pouvoir cibler les molécules les plus intéressantes et d'évaluer leur potentiel d'application (tensio-actifs pour les formulations cosmétiques, pour les détergents, pour les produits phytosanitaires).Le projet a finalement réussi à accompagner et soutenir « 3 entreprises » pour le test de ces molécules tensioactives. Une étude d'analyse de cycle de vie est en cours pour évaluer l'impact environnemental des procédés mis en oeuvre dans le projet. Le consortium a publié 2 articles scientifiques sur la rupture technologique et les nouvelles molécules issues du projet. Jusqu'à présent, le consortium a participé à 27 actions de communication et a organisé deux évènements transfrontaliers dédiés au projet Valbran permettant de regrouper 166 personnes (industriels, scientifiques, étudiants, représentants politiques et journalistes : 68 néerlandophones et 98 francophones). 185 entreprises ont été jusqu'à présent informées quant au potentiel des bioraffineries par le biais du projet Valbran. Ces actions de communications sont présentées sur le site internet du projet : www.valbran.eu La plus-value transfrontalière du projet Valbran se manifeste à divers niveaux : (i) mise en commun des réseaux et des contacts de chaque partenaire pour les actions de diffusion et de communication du projet, (ii) partage des connaissances scientifiques et méthodologiques entre les partenaires pour définir des molécules cibles pertinentes, (iii) partage entre les partenaires de protocoles expérimentaux et transferts d'échantillons préparés lors du projet.