Programme de coopération transfrontalière

avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional

VEG-i-TEC

Informations clés

Opérateur chef de file

Universiteit Gent
Sint-Pietersnieuwstraat 25
9000 Gent
BELGIQUE

Personne de contact :

Imca Sampers

Date de début

01-04-2018

Date de fin

31-12-2022

Eléments budgétaires

Budget Total
2 806 546,52 €

Site Web

http://www.gotos3.eu/





VEG-i-TEC

Plate-forme technologique pilote destinée à la filière de transformation des légumes et des pommes de terre pour la mise oeuvre de projets de recherche et de développement technologiques

axe1

Catégorie

Portefeuille de projets

Objectif spécifique du programme

Accroissement de la recherche et de l'innovation de la zone transfrontalière dans les secteurs stratégiques et les secteurs à forte complémentarité

Domaine d'intervention

Activités de recherche et d’innovation dans les centres de recherche publics et les centres de compétence, y compris la mise en réseau


Le développement de nouvelles technologies, l’acquisition de connaissances ou la découverte de solutions lors de projets de recherche ne dépasse pas la phase de la recherche et parvient difficilement jusqu’au groupe cible, à savoir les entreprises. Le pas entre la phase de recherche et la mise en œuvre des innovations technologiques est parfois trop grand, car certains facteurs socioéconomiques ne sont pas pris en considération ou ne sont pas connus. Ainsi, les entreprises continuent d’utiliser les connaissances existantes (parfois désuètes ou incomplètes) et le passage des technologies traditionnelles aux technologies innovantes reste un processus compliqué. Au cours du projet VEG-i-TEC, des lignes de transformation modulaires représentatives de l’industrie de transformation des légumes et pommes de terre seront construites. Il sera ainsi possible d’évaluer l’impact de différents traitements unitaires, parmi lesquels ces technologies innovantes, des points de vue de la qualité du produit fini, de la conception hygiénique et de la consommation d’eau et d’énergie. En outre, l’impact économique, écologique et social de ces technologies sera étudié. Cette approche multidisciplinaire permet d’offrir une réponse complète aux entreprises en ce qui concerne le choix éventuel d’une technologie donnée et de la manière de la mettre en œuvre dans l’entreprise.      

Date de rapport 25-08-2021

VEG-i-TEC est une plate-forme d'essais transfrontalière pour la mise en œuvre de technologies de pointe en matière de transformation alimentaire, d'emballage, de capteurs de suivi des consommations en eau et énergie ou encore permettant de suivre la qualité des produits, dans une démarche de recherche appliquée, de formation et d'activités de démonstration pour innover et optimiser les processus de production pour et avec l'industrie de transformation des légumes et pommes de terre. VEG-i-TEC est l'un des 17 projets du portefeuille de projets GOTOS3. GOTOS3 offre à VEG-i-TEC un réseau pour diffuser les résultats en contribuant aux objectifs du projet. En outre, la diffusion des résultats se fait par le biais d'un site web (www.veg-i-tec.eu), des médias sociaux (portail de recherche, LinkedIN, twitter (#vegitec)), d'évènements et de publications organisés dans les deux pays pour l'industrie, le grand public et autres institutions de recherche. Nous nous devons d'avoir une coopération efficace non seulement entre les partenaires du projet (Adrianor, INRAe, Howest et UGent), mais aussi avec l'industrie de transformation des légumes et des pommes de terre et leurs fournisseurs (y compris les constructeurs de machines et fournisseurs de technologie sur les traitements de l'eau), en les invitant à participer activement au groupe consultatif du projet. Cette contribution est cruciale pour l'établissement des priorités car ces professionnels du secteur ont une bonne connaissance du domaine et cela nous permettra de compléter les connaissances issues de la littérature scientifique. Le plus d'informations possibles ont été recueillies sur la base d'un questionnaire élaboré sous la direction d'Adrianor. Cinq domaines prioritaires ont été identifiés pour améliorer les processus de transformation : la productivité des machines (en tenant compte de la qualité de l'eau et de la consommation), la sécurité des opérateurs, la conception hygiénique des équipements, l'efficacité énergétique et la qualité des produits finis transformés. En appliquant le questionnaire, il s'est avéré que les données d'entrée concernant la consommation d'eau et d'énergie pour les opérations unitaires individuelles étaient difficiles à obtenir parce qu'elles n'étaient pas toujours suivies sous la bonne forme ou avec le bon détail dans les entreprises. C'est pourquoi l'UGent effectue une analyse de l'inventaire des entreprises de légumes (frais, coupés et congelés) et de transformation des pommes de terre (produits congelés). Les données obtenues, ainsi que les contributions du groupe consultatif, serviront à développer une ligne pilote et à établir une carte de la gestion de l'eau et de l'énergie. Il sera également examiné dans quelle mesure les données d'entrée peuvent être utilisées pour une analyse ACV ou si des optimisations possibles peuvent être identifiées. Par conséquent, une bonne connaissance des pratiques et de la législation permettra à une entreprise de produire plus efficacement (avec moins d'intrants (énergie, produits chimiques et eau)). Une première étape du processus consiste à mesurer l'ensemble des flux d'énergie de l'entreprise de manière à obtenir un aperçu des flux actuels de consommation/énergie (électricité, gaz, eau,. ) et cela par fonctionnement de l'unité. De cette façon, il est possible d'anticiper ou d'étudier le potentiel d'économies grâce à l'intégration de nouvelles techniques ou comment les anciens peuvent être optimisés. Afin de mieux soutenir les entreprises à cet égard le laboratoire de gestion de l'énergie 'Le réacteur' à HOWEST, Campus Kortrijk Weide, est aménagé en un premier banc d'essai pour la saisie des données, leur visualisation, la mise en place d’alarmes et leurs mises en forme pour réaliser des bilans, de démonstrateur (installation de capteurs d'énergie, d'équipements de mesure,...). Selon l'industrie 4.0, les possibilités de nouveaux développements du marché sont comparées aux technologies déjà connues et la valeur ajoutée de celles-ci est analysée. De plus, ces données sont stockées de façon continue dans une base de données locale et une base de données en cloud. Tout cela devrait amener à la génération de tableaux de bord complets avec les données mesurées disponibles permettant de bien caractériser les procédés ainsi que les potentiels d'économies (par exemple concernant les consommations d'électricité et d'eau) et enfin de comparer ou ajuster les procédés de transformation de manière objective. VEG-I-TEC dispose d’une unité pilote à l'ADRIANOR pour étudier les technologies conventionnelles de transformation des végétaux. Un plan de mesure des énergies dépensées et une centralisation des données ont été mise en place pour permettre d'évaluer les consommations d'énergie de certains procédés de transformation comme la surgélation et la stérilisation. Les lignes de transformation sélectionnées par UGent (du produit récolté au produit emballé, tant pour les légumes de 4ème gamme (frais) que pour les légumes et pommes de terre surgelés (frits)) ont été définies. Le retour des sociétés du groupe consultatif a été utilisé pour arriver à la meilleure description technique ainsi que l'identification des questions de recherche. La première ligne de transformation choisie est celle de la 4ème gamme. Le caractère innovant et l'optimisation de certains procédés de production ont été pris en compte, y compris la conception hygiénique (avec l'INRAe) et l'utilisation efficace de l'eau et de l'énergie et de leur contrôle (avec Howest). La recherche de l'INRAe en matière d'hygiène des surfaces comporte de multiples facettes: conception hygiénique des équipements, la recherche de procédés de nettoyage innovants, en particulier les mousses en écoulement, et une étude sur la contamination des surfaces en lien avec le risque présenté par les zones d'éclaboussures et des interfaces air-liquide-surface bien présents. Il a été démontré que l'écoulement de mousse permet l’élimination de la contamination de surface dans des conditions d’écoulement à faible débit et peu d’eau (mousse à 50% d’eau). Un dispositif expérimental pilote a été mis au point. Par ailleurs, en ce qui concerne les conséquences de la présence de zones d'éclaboussures, le rôle de certains paramètres (taille et caractère hydrophile/hydrophobe des particules, caractère hydrophile/hydrophobe et topographie des matériaux) sur la structure des dépôts à la suite du séchage des gouttelettes contaminées a été identifié. Les essais réalisés à ce jour ont permis de mettre en évidence que les bactéries ciblées dans le projet présentaient des aptitudes très différentes à contaminer les matériaux aux interfaces air-liquide (quantité de biofilm, structure, résistance au décrochement, ...). Ce sujet nécessite maintenant une étude approfondie de différentes souches bactériennes pour identifier les phénomènes au niveau de ces interfaces et les paramètres jouant un rôle majeur. Il en est résulté une collaboration entre l'INRAe et l'UGent, l'INRAe poursuivant ses travaux sur des souches non pathogènes et l'UGent se focalisant sur des souches de Listeria monocytogenes. Ce fut l'occasion de discuter de la mise en place de procédures opérationnelles pour la formation de biofilms et de leur élimination. En outre, les résultats seront également traduits en instructions pertinentes pour les industries concernées avec un accent particulier sur la conception hygiénique, le nettoyage et la désinfection et le zonage. UGent se concentre également sur la (ré)utilisation de l'eau. L'accent est principalement mis sur les micropolluants tels que les agents de protection des cultures qui peuvent potentiellement entraver la réutilisation ou le rejet. Dans un travail ultérieur, l'eau de blanchiment sera caractérisée. Dans ces Living labs de VEG-i-TEC, les connaissances seront traduites en formations/ateliers, qui sont également dispensés dans le cadre du projet (vers l'industrie et la formation initiale).VEG-i-TEC, en tant que plate-forme technologique, a déjà été identifiée pour être intégrée dans d'autres projets (inter)nationaux et fonctionnera comme un centre de recherche doté de l'infrastructure pilote nécessaire à l'industrie de transformation des légumes et des pommes de terre.