GRENSOVERSCHRIJDEND SAMENWERKINGSPROGRAMMA

Met steun van het Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling

DIADeM

Kerngegevens

Projectleider

Université Reims Champagne Ardenne (URCA)
Boulevard de la Paix 9
51097 Reims
FRANCE

Contactpersoon

Alain GEFFARD

Begindatum

01-01-2017

Einddatum

31-12-2020

Budgettaire elementen

Totaal Budget
2 326 040,91 €

Sociale netwerken



Website:

https://www.interregdiadem.eu/





DIADeM

Ontwikkeling van een geïntegreerde benadering voor de diagnose van de waterkwaliteit van de Maas

axe3

Categorie

Project

Specifieke doelstelling van het programma

Ontwikkelen van het geïntegreerde en duurzame beheer van de natuurlijke hulpbronnen en van de grensoverschrijdende ecosystemen

Domein van bijstandsverlening

Bescherming en verbetering van de biodiversiteit, natuurbescherming en groene infrastructuur


De belangrijkste waterwegen, zoals de Maas, kenmerken zich door een hydrologische en ecologische continuïteit zonder verbindingen met nationale grenzen. Hoewel het toezicht op deze omgevingen in een Europese context plaatsvindt, zijn er een aantal initiatieven op nationaal of zelfs regionaal niveau voor de ontwikkeling van nieuwe instrumenten. Om een grensoverschrijdende continuïteit te ontwikkelen, stelt het project DIADeM voor kennis en knowhow te bundelen om oplossingen aan te bieden die van toepassing zijn op de volledige samenwerkingszone. Het project zal het niet alleen mogelijk maken nieuwe en originele kennis te genereren in de interregionale zone, maar ook methoden om de kwaliteit van de watermassa’s te evalueren die de regio’s niet op hun eentje kunnen uitvoeren. Het project wil de verschillende grensoverschrijdende stakeholders, betrokken bij de bescherming van aquatische milieus (academici, operatoren, gebruikers), en de burgers informeren over de risico’s van de dalende kwaliteit van de waterlichamen.. Het project DIADeM zal de grensbevolking beter bewustmaken van de mogelijke gevolgen van de lozing van vervuilende stoffen in de natuurlijke omgeving en er dus aan herinneren dat we allemaal een rol kunnen spelen in het behoud van de kwaliteit van onze hulpbronnen. 

Rapporteringsdatum 17-12-2020

Le projet INTERREG DIADeM (http://www.interregdiadem.eu/) a démarré le 1er Janvier 2017. Il vise au développement d'une approche intégrée pour le diagnostic de la qualité des eaux de la Meuse. Doté d'un budget total de plus de 2 millions d'euros, le projet fédère un consortium franco-wallon composé de 8 partenaires opérateurs partenaires, dont le chef de file (Université de Reims Champagne-Ardenne), et 9 opérateurs associés. Le projet est organisé en deux grands volets impliquant pour chacun d’entre eux la majorité des partenaires opérateurs autours de compétences en chimie (SWDE, CER groupe, URCA) et écotoxicologie (URCA, UNamur, Irstea, INERIS, ULg Arlon). Le premier volet vise à une meilleure compréhension de la toxicité d’un mélange de cinq médicaments (paracétamol, irbesartan, diclofénac, carbamazépine et naproxène) sur des espèces sauvages (truite, épinoche, gammare, moule zébrée et mousse). Pour ceci, des expérimentations en conditions contrôlées de laboratoire et semi-contrôlées de mésocosme (rivières artificielles) ont été réalisées. Suite à une mise au point des méthodes analytiques, le niveau d’exposition a été suivi via des analyses dans l’eau mais aussi de la fraction bioaccumulée par les organismes. Durant ces expérimentations, différentes analyses biologiques ont été réalisées, incluant des approches non ciblées de métabolomique (uniquement moule zébrée) ou des mesures ciblées concernant différents effets (i.e. génotoxicité), fonctions physiologiques (i.e. immunité, métabolisme énergétique, reproduction) ou trait de vie (i.e. taille, croissance). L’ensemble de ces mesures réalisées au niveau moléculaire et individuel viendront alimenter les modèles mathématiques et statistiques développés au sein du projet. Ces modèles visent à extrapoler en termes d’impacts démographiques les effets d’un stress chimique sur la base de réponses précoces mesurées au niveau individuel. Le second volet du projet, exclusivement in situ (c’est-à-dire directement dans les rivières), vise à préciser l’impact du rejet de cinq stations d’épuration (STEP) sur la Sambre, Meuse et Semois. Une nouvelle stratégie basée sur la mesure de biomarqueurs chez des organismes transplantés (approche active) a été mise en place. Suite à une cartographie du niveau de contamination des masses d’eau du bassin versant de la Meuse de l’interregion, des organismes ont été transplantés durant 1 à 8 semaines, selon les espèces, en amont et aval des rejets de STEPs. Dans le but d’évaluer la bioaccumulation des médicaments par les espèces sentinelles ainsi que la réponse des biomarqueurs, des échantillons ont été prélevés et les analyses ont été réalisées. Pour chacune des espèces le traitement des résultats et leur intégration dans un indice (IBR) est en cours. L’ensemble de ces actions et résultats servent de support autant pour la communication et la formation que pour l’aide à la gestion des milieux et cela auprès de différents publics. Ces actions impliquent l’ensemble des opérateurs (partenaires et associés) et sont principalement organisées par l’UNamur (CdS) et l’EPAMA. La communication du projet a conduit à plusieurs actions incluant trois ateliers, plusieurs conférences dont un side event durant le colloque de l’ASTEE en juin 2017, des actions de formation universitaire notamment au travers de la formation par la recherche, des échanges avec plusieurs classes de primaires (4 classes de CM1) et des rencontres grands publics (fêtes de la science, Chômage de la Meuse) ainsi qu’une chronique radio et la réalisation de capsules vidéo i) https://www.youtube.com/watch?v=TOwP7ijKGdA&feature=youtu.be et ii) https://www.youtube.com/watch?v=2x3yrf7HBTg en français et https://www.youtube.com/watch?v=g8-UIpieZfQ&feature=youtu.be en anglais. De plus, une exposition itinérante est en cours de finalisation et aura deux niveaux de lecture, pour des enfants de 9-12 ans et le grand public.